• Du rituel et autres petites manies

    Allez , suivons la courbe du soleil, le mistral nous a abandonné cette nuit, il s'est régalé à secouer les arbres et les chapeaux et finalement est allé jouer bien ailleurs.

    Nous nous retrouvons accablés de chaleur...ce sujet est le premier abordé avant même les spectacles vus ou à voir ! Bonjour les clim, pardon la planète, avignon n'est vraiment pas l'endroit le plus écolo du moment...Et je ne parle même pas du nombre de tracts, flyers, affiches, éditos, feuilles du off, photocopies, électricité des projecteurs et autres fourneaux à paninis, et enfin le record des bouteilles d'eau en plastiques qui circulent autant que les canettes .     

    Avignon isole du reste du monde, nous ne savons rien de ce qui se passe à l''extérieur, nous en oublions l'actualité, les autres, seuls comptent ces spectateurs potentiels dont les yeux nous suivent dans le noir et dont nous attendons le battement de mains et, soyons honnêtes, le portefeuille !

    Avignon coûte cher, trés cher, à tous et toutes. Il ya en effet deux choses qui filent à la vitesse du vent, le temps et l'argent; impossible à gérer, impossible à rattraper, malgré les horaires qui blindent les théâtres. Avignon est une course à tous niveaux qui a tendance, si on s'y plonge avec volupté,sincérité, obligation, et "conscience professionnelle" nous absorbe et nous rend paradoxalement aveugles, légers, sérieux, pressés, nonchalants, ennervés, entreprenants, parfois curieux encore.

      Voilà pourquoi je veux  écrire aujourd hui sur les rituels, de ces petites manies qui réglent nos journées, l'avant et l'après spectacle , coeur de nos heures sudistes.

    Ante spectacle chacun et chacune s'accroche donc à son calendrier intime, nous refaisons les mêmes gestes afin de respecter notre priorité.

    Nous jouons à 15h45 , nous devons être prêts pour 15h10, moment d'installation des décors et autres vérifs techniques, donc...

    Arrivées séparées aux environ de 13h30 14h; Agnès, après un petit café, sort son tapis de yoga et pratique une demie heure, la posture sur la tête est souvent la conclusion de ce training rassurant. Pendant ce temps, Christine s'installe en posture délicate, les pieds au mur et s'octroie 10 minutes de silence et de concentration respiration. En fin de pause, elle ouvre ses mains et compte un à un ses doigts, elle s'étire et savoure.Puis elle pratique des exercices de voix. Ses Oui ouui oui légers résonnent dans le local décor.

    Pendant ce temps, Didier attend, scrute, observe, pense,discute, fume sur son banc derrière les canisses, à l'abri des regards et du vent.

    Jean Pierre arrive souvent vers 14h30 , il aime se balader, aller voir des spectacles, rencontrer discuter. Le village du off a tous les jours le droit à sa visite des deux garçons. Didier n'aura bien sur pas manqué d'aller saluer ses amis de la Marseillaise, journal qui ne se décide pas à écrire un article... 

    Vers 14h30 , aprés de nombreuses gorgées d'eau pour tous, Agnès coiffe son bas, celui qui protège ses cheveux longs et les maintiennent en place durant tout le spectacle. C'est une technique issue du théâtre masqué, une façon de resserer ses esprits, de fermer la boite à rêves et de centraliser l'énergie. Généralement elle efface d'un coup de fond de teint son tatouage au doigt, les spectateurs sont trop proches dans cette salle pour ne pas le remarquer. Puis habillage, d'abord le pantalon, puis le tee shirt, manches longues !!! Et puis l'écoute attentive d'un morceau choisi parmi le Gotan project, les symphonies de Brahms, le boléro ou encore le dernier album de Bashung.

    Christine s'habille  tranquillement; elle aussi installe son bas et plaisante, elle croise souvent notre régisseur Laurent, et papote; Didier met son pantalon de velours; il attend le dernier moment pour mettre son sweet. Pendant ce  petit temps restant,  torse nu, il s'asperge d'eau régulièrement.

    10 minutes avant 15h, saisie des décors et accessoires propres à chacun, et rapprochement des dits ustensiles jusqu'à la porte de la salle. Puis, en poste, chacun et chacune attend la sortie des spectateurs du spectacle qui précède...sur la ligne de départ.

    Ce qui a été une course est aujourd'hui une marche assurée et bien reglée, cela ne nous empêche pas de toujours procéder selon le même schéma. Il y peut être une forme de superstition là dedans, une forme de sécurité dans la routine , une façon de se remettre dans le jeu à venir.

    Post spectacle, c'est le déshabillage, les vétement collent et sentent fort, étendage...puis la ruée sur les canettes d'eau à bulles et autres sodas, c'est le bonjour à ceux et celles qui nous ont attendus, c'est le relevé pour Sandra et Didier des noms des programmateurs qui ont assisté à la séance, c'est l'éclatement de la cie, le souffle qui se pose et les joues qui brulent. C'est une petite mort, une suspension, une de plus, une de moins...Nous croisons les spectateurs d'après, de nouveau anonymes.

    Au fait... aujourd'hui, nous avons fait salle comble, et pour nous accompagner nous avions le regard aigu et important de Paul F venu avec sa femme et ses petits enfants.  Paul est un des enfants des maisons, un cas à part comme il aime à le dire,  un  bel humain qui a pris le temps de nous connaitre et nous suivre et qui aujourd'hui nous accorde sa confiance...de quoi nous diriger avec gourmandise et toujours un plaisir nouveau, vers demain.

     


  • Commentaires

    1
    J.de Gélas
    Mercredi 18 Juillet 2012 à 20:31

    Une autre plume et toujours tès passionnant ! Cela donne l'impression intense de ce que vous vivez, une vraie richesse ! Merci, Juliette

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :